opération Harpie Opération Liban Opération Mali masthead_004
Centre de Doctrine et d'Enseignement du Commandement

Pour une Défense d’avance

CDEC | EMS | ESORSEM | ESORSEM

École supérieure des officiers de réserve spécialistes d'état-major (ESORSEM)

Retour

Mise à jour : 28/07/2016  - Auteur :  CDEC/ESORSEM  - Direction :  CDEC/Pub-comm

Le rôle de l’École supérieure des ORSEM consiste à apporter aux officiers de la réserve opérationnelle, à l’exception des officiers de la voie commandement en poste dans les UIR ou les USR, les connaissances nécessaires à leur intégration dans les états-majors de l’Armée de terre ou interarmées.

Projet  pédagogique de l’ESORSEM

Les objectifs de formation

Il s’agit d’assurer la formation des officiers de réserve de  la  voie  état-major,  en proposant  un   parcours  qui vise à leur permettre de tenir, dans  un  premier  temps,  des postes de rédacteur en état-major de GTIA ou de brigade. Dans un deuxième temps, l’école assure la formation supérieure de l’ensemble des officiers (voie commandement et voie état-major) pour appréhender le niveau de la brigade jusqu’aux échelons les plus élevés  du  commandement. Par ailleurs, l’école organise des formations au profit des officiers de réserve (des trois armées) de la chaîne territoriale de défense afin qu’ils maîtrisent les procédures et la réglementation de la gestion interministérielle de crise. Elle facilite aussi l’échange d’expériences entre les participants des différentes zones de défense, améliorant la cohérence d’ensemble. L’école organise également la formation complémentaire des officiers affectés dans les postes d’adjoint réserve (OAR) de l’ensemble des organismes de l’armée de Terre. Il s’agit d’apporter les informations concernant les grands aspects et l’actualité de la vie de la Réserve : gestion, formation, équipement, budget, emploi opérationnel, de façon à optimiser les capacités des titulaires de cette fonction.

Les objectifs pédagogiques

Cœur de métier de l’ESORSEM, la formation de cursus d’état-major ESORSEM, la formation de cursus d’état-major s’effectue à trois niveaux, à l’École militaire. Cette formation, très contrainte en temps en raison de la moindre disponibilité des officiers de réserve, cherche à se rapprocher le plus possible de celle donnée aux officiers d’active. En effet, dans les états-majors, ils seront amenés à travailler côte à côte et devront maîtriser les mêmes méthodes de travail.

Le SITEM. Ce stage d’initiation concerne les sous-lieutenants et lieutenants de réserve. Son but est de proposer les savoir-faire fondamentaux nécessaires pour évoluer d’emblée avec aisance au sein d’un état-major. Il dure deux semaines en août et fait effort sur la méthode de raisonnement globale et les techniques d’expression écrites et orales.

Le SCEM. Ce stage de niveau intermédiaire vise les lieutenants anciens et les capitaines de réserve. Son but est de faire acquérir la maîtrise des connaissances nécessaires à un rédacteur d’un état-major de GTIA en lui faisant étudier la méthode d’élaboration d’une décision opérationnelle (MEDO) et la présentation orale de dossiers tactiques.

Le CSORSEM  est un stage du niveau supérieur, sanctionné par un diplôme, qui s’adresse à des capitaines sélectionnés par concours. Durant trois semaines, son but est de faire acquérir les savoir-faire et les savoir être nécessaires au poste de rédacteur en état-major de niveau division ou brigade OTAN. Pour cela, il fait effort sur les connaissances interarmes, l’utilisation des méthodes de raisonnement opérationnel (MEDO) et le fonctionnement d’un PC de brigade.

En outre, l’ESORSEM est responsable de la conception des épreuves écrites et orales du concours CSORSEM. Elle est également chargée de diriger la préparation des candidats en animant un centre de préparation à l’École militaire pour les candidats résidant en métropole. Elle établit le programme de préparation et dispense les cours théoriques par le biais d’une plateforme d’enseignement à distance par INTERNET. Quatre périodes bloquées, regroupant les stagiaires en fin de semaine, complètent le dispositif de préparation. Ce programme a pour but de faire acquérir les prérequis tactiques par les candidats.

Les autres stages

Le stage OTIAD. L’objectif de cette formation d’adaptation est de faire acquérir en une semaine aux officiers de réserve des 3 armées les savoir-faire nécessaires pour tenir avec efficience un poste d’officier traitant au sein d’un état-major de la chaîne OTIAD, notamment à l’occasion du déclenchement et de la conduite d’une crise sur le territoire national.

Le stage OAR. Cette formation d’adaptation a pour objectif de donner en 2 jours aux officiers adjoints réserve les connaissances leur permettant de remplir efficacement leur rôle complexe de conseiller de la chaîne de commandement, de recrutement et d’interface avec le monde civil.

Le stage SOFEM. Ce stage d’adaptation concerne les sous-officiers de réserve titulaires d’un BAS2 ou BSTAT pour les EX actives orientés vers la voie état-major. Son but est de proposer les savoir-faire fondamentaux nécessaires pour évoluer au sein d’un état-major. Il dure deux semaines en août et fait effort sur la méthode de raisonnement globale et les techniques d’expression écrites et orales.

Procédés pédagogiques

Les stagiaires

Quel que soit le stage, les stagiaires sont mis dans des conditions les plus proches possibles de leurs équivalents d’active : mêmes méthodes de travail, exercices similaires, utilisation des mêmes outils bureautiques et simulations opérationnelles (Romulus et Janus), mêmes procédés pédagogiques (mise en situation sous contrainte de temps, fonctionnement en équipe ou centre d’opérations, etc.) Il s’agit d’apprendre à participer à la prise de décision en proposant des modes d’action adaptés à la mission et à la situation puis de se rallier à la décision prise, en conduisant sa mise en œuvre. En outre, l’école définit et diffuse via des dossiers d’ac-

Les formateurs

Issus à 95% de la réserve, ils font l’objet d’une sélection et d’un suivi attentif par le commandant de l’école. Chargés de proposer l’articulation du déroulement des stages et d’élaborer les séances d’instruction, ils mettent en œuvre la pédagogie définie et apportent leur expérience aux stagiaires, de façon similaire à leurs équivalents du CSEM. Ils constituent la force vive de l’école, garantissant l’esprit « ORSEM », en privilégiant le face-à-face  pédagogique et le « mentoring ».

Les activités communes au sein du CDEC

Chaque fois que possible, les ORSEM diplômés participent à des activités communes avec le CSEM telles que Staff Rides , conférences ou démonstrations. Certains sont même inclus dans des exercices d’état-major ou participent à des études à caractère opérationnel, permettant de rapprocher les formations et la connaissance mutuelle.

L’enseignement à distance

Son développement par l’école ouvre des possibilités importantes d’apprentissage par l’utilisation d’une plateforme de cours sous forme de « e-learning  » et la mise à disposition de données et d’informations actualisées. Cette capacité sera mise à la disposition de l’ensemble des ORSEM diplômés qui pourront ainsi se maintenir ou se remettre à niveau, y compris lors des séjours à l’étranger ou des interruptions de disponibilité.

La formation continue

L’ESORSEM prolonge son action en animant la formation continue des ORSEM. L’objectif est de maintenir le niveau professionnel des officiers d’état-major formés en actualisant leurs connaissances tactiques par le retour d’expérience des opérations et l’évolution des procédures. Pour cela, elle organise chaque année au profit de la région terre de l’Île de France (RTIDF) un cycle de conférences mensuelles proposant des thèmes traitant de Défense. Ces conférences enregistrées sont accessibles en différé par l’ensemble des ORSEM sur le site internet dédié.

Les échanges avec les écoles alliées

Ils sont une source d’enrichissement considérable. L’école accueille chaque année une dizaine d’officiers issus d’armées étrangères. Elle propose également aux officiers français des possibilités de formation à l’étranger. Ces mises en situation présentent ainsi la meilleure occasion d’acquérir les procédures internationales avec les savoir-être nécessaires aux opérations interalliées.

Sources : CDEC/ESORSEM
Droits : CDEC/ESORSEM

Haut
Copyright 2019 | Mentions légales
UA-42564072-1